Ce qu’il faut retenir de la rentrée universitaire 2016 (d’après le ministère)

Mardi 20 septembre. 5 heures du matin. L’heure des braves. L’heure choisie par le service de presse du ministère de l’Education nationale pour nous autoriser, nous les journalistes, à diffuser les éléments de communication d’information envoyés lundi après-midi à toutes les rédactions. On y trouve quelques données chiffrées, qui seront présentées à partir de 9h15 par Najat Vallaud-Belkacem et son secrétaire d’état Thierry Mandon, lors de la conférence de presse de la rentrée universitaire. Avant d’être reprises, pour certaines d’entre elles, par les matinales.

Et puisque je me rends en Suisse ce mardi pour visiter une école hôtelière, je ne pourrai pas, cette fois-ci, vous faire un live-tweet de cette conférence de presse. Pour vous consoler, voici donc ces quelques chiffres « bruts » délivrés par le ministère – puisqu’il est maintenant plus de 5 heures, et que l’embargo est levé.

Tin-tin-tin ! …

APB

Ce mardi lors de sa conférence de presse, la ministre devrait donc nous annoncer que tout va mieux avec APB. D’après le ministère, seulement 17 bacheliers généraux n’étaient inscrits nul part au 15 septembre 2016, contre « plusieurs centaines » à la même date en 2015. Pas de chance pour ces 17-là.

Autre bonne nouvelle selon le ministère : il ne reste plus qu’une seule filière « particulièrement sous tension » dans les universités françaises, la filière STAPS (sport). En PACES (médecine), Droit, Psycho, plus de tensions. Zen. Sachant que si je comprends bien la formule du communiqué ministériel, une filière sous tension est une filière dans laquelle certaines universités devaient faire des tirages au sort pour « sélectionner » leurs étudiants. Traduction : en cette rentrée 2016, les amphis de droit ou de psycho seront peut-être toujours aussi bondés que l’année dernière, mais au moins tous les étudiants qui auront choisi ces filières auront pu s’y inscrire – ça console. Ou pas.

Pour clore (temporairement) le chapitre APB, le ministre devrait sans doute revenir sur la (prochaine ?) révélation du code source du logiciel qui préside aux destinées de 750 000 jeunes chaque année. Et aussi sur l’éventualité d’une loi pour sélectionner à l’entrée à la fac. Mais de ça, le communiqué sous embargo ne parle pas. C’est moi qui extrapole. Mais ça m’étonnerait quand même qu’il ne se trouve pas une consœur ou un confrère pour poser la question. D’autant que d’après les syndicats, cette rentrée serait la pire depuis 2009.

Etudiants

Ce sont 30 000 étudiants supplémentaires qui seront accueillis en cette rentrée 2016 par les universités françaises (45 000 en comptant toutes les formations de l’enseignement supérieur). Une hausse démographique « anticipée et accompagnée » affirmera la ministre, en pointant une « hausse inédite » du budget des universités de 100 millions d’euros. Et d’asséner que c’est la première fois que la démographie étudiante est prise en compte dans le budget. Pourquoi ne l’a t-elle pas été les années précédentes ? On ne le saura sans doute pas à l’issue de cette conférence de presse.

On (on=moi) regrettera en revanche que la même hausse démographique dans les lycées, pourtant hautement prévisible, n’aie pas fait l’objet d’autant d’attentions. Mais il est vrai qu’il n’était pas évident de prévoir il y a 15 ans que les enfants nés en 2000 auraient tous 15 ans en même temps, en 2015. Ah les coquinous ! Tout ça nous prépare une belle rentrée universitaire 2018…

Bourse

Autre annonce que la ministre (ou son secrétaire d’état) devrait faire à l’occasion de sa conférence de presse, dans 4h30 : la hausse du nombre de boursiers. Une conséquence du « 3e acte de la priorité jeunesse » (j’avoue, j’ai un peu zappé les deux premiers). 25 000 étudiants supplémentaires vont donc bénéficier de 1000 euros de bourse annuelle.

De quoi mettre un peu de ketchup dans les pâtes: 1000 euros, c’est quand même 2 mois de loyer de chambre de bonne à Paris #hum

ARPE

Non, je n’ai pas oublié le H. L’ARPE est la nouvelle aide à la recherche du premier emploi. La ministre va sans aucun doute expliquer que depuis la mise en place du formulaire de demande, 800 jeunes s’inscrivent quotidiennement pour en bénéficier. 14 000 auraient déjà effectué une demande. En tout cas c’est ce qui est écrit dans le communiqué sous embargo que nous avons reçu.

Du coup, c’est bizarre, parce que le formulaire de demande est en ligne depuis le 22 août – soit 28 jours. Et 28 multiplié par 800, ça fait 22 400. Et pas 14000. Mais je chipote – peut-être qu’il n’est pas possible de demander une ARPE le week-end ?

Bibliothèques

Enfin la ministre devrait terminer son allocution par l’annonce de l’augmentation du nombre de bibliothèques universitaires ouvertes tard le soir ou le dimanche. 73 bibliothèques ouvertes jusqu’à 22h à la rentrée 2016, contre 52 à la rentrée précédente, et 15 BU ouvertes le dimanche, contre seulement 7 il y a un an – ça fait quand même un bond de 100%. Voilà qui va consoler nos 17 naufragés d’APB.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s